Panorama de Katsuo-ji
(Toute la montagne du temple est illuminée le soir)
Histoire de Katsuo-ji:

Notre montagne, située exactement au nord de la Plaine d'Osaka, incarne la sainteté de la Nature et a été un lieu de culte depuis des millénaires. La fondation du temple remonte à la fin de l'époque Nara. Selon les écritures anciennes, à l'origine il y avait une petite cabane d'ermite construite en 727 (4ème année de l'époque Jinki) par deux frères jumeaux et prêtres, Zenchu et Zensan, qui y menèrent une vie de prières. En 765 (première année de l'époque Tempyo-Jingo), le prince Kaisei, fils de l'empereur Konin, vint les rejoindre. Le 13 juillet 775 (6ème année de l'époque Hoki), 600 rouleaux du grand soutra Hannya furent mis dans une caisse et enfouis pour marquer la fondation d'un temple qui sera nommé Miroku-ji.
En 780 (11ème année de l'époque Hoki), un prêtre bouddhique du nom de "Myokan", qui aurait été une incarnation de Kannon (Déesse de la Miséricorde), se présenta au temple accompagné de 18 jeunes disciples. Du 18 juillet au 18 août, il travailla du bois de santal blanc pour sculpter une statue de Kannon aux onze têtes et mille mains, haute de 2,4 mètres. L'oeuvre sera l'objet du culte principal de ce temple. Si la fête de Kannon est célébrée aujourd'hui le 18 du mois un peu partout au Japon, c'est pour commémorer le jour de l'achèvement de notre statue par Myokan !
"On dit que les chefs d'oeuvre sont réalisés avec des burins pas très affûtés. En effet, Myokan se servait d'un burin émoussé."( Extrait du Tsurezuregusa, essai écrit par YOSHIDA Kenko au 14ème siècle.)
Par la suite, d'autres constructions comme les Pavillons Chinjudo et Jogyodo furent érigées et le temple attira de plus en plus de croyants. Le 6ème prêtre, Gyojun, contribua au renom du temple en priant avec succès pour la guérison de l'empereur Seiwa, qui était alors souffrant. Le pouvoir de l'empereur était impuissant face à la maladie, mais les prières du prêtre étaient capables de la vaincre. Depuis, le temple changea de nom pour s'appeler Katsuo-ji (=temple qui vainc le monarque). Mais pour ne pas manquer de respect à la cour impériale, on remplaça le caractère signifiant le "monarque" par un homophone qui signifie la "queue".
Une plaque encadrée qui porte des caractères écrits par l'empereur Seiwa a survécu aux vicissitudes de l'histoire et s'offre à l'admiration des visiteurs (au sud de l'arrêt de bus Katsuo-ji Guchi). Mais les autres bâtiments qui faisaient la gloire du temple comme le magnifique Grand Hall furent réduits en cendres lors de la sédition de Juei. En 1189 (4ème année de l'époque Bunji), le grand Shogun MINAMOTO Yoritomo ordonna la reconstruction du temple à ses ministres dont KAJIWARA Kagetoki et KUMAGAI Naozane. Quelques stoupas (reliquaire bouddhique) de l'époque qui nous restent témoignent de la foi de ces guerriers.



Le contenu de ce site est également disponible en format audio.